"...don't be stuck in the every day reality, allow yourself to dream, have faith in your wildest dreams." [AaRON]

"Ne restez pas scotchés à la réalité quotidenne. Permettez-vous de rêver. Croyez en vos rêves les plus fous..." [AaRON]

lundi 31 mai 2010

PEP'S "LIBERTA" UN SOUFFLE D'AIR FRAIS DANS CE MONDE DE BRUTES...

ISRAEL CONTRE LES HUMANITAIRES

Je viens d'apprendre comme tout le monde l'attaque de la flotte humanitaire envoyée au secours des palestiniens bloqués dans la bande de Gaza par l'armée israélienne. Je suis terriblement choqué par cette agression sauvage qui aurait fait plusieurs victimes civiles, d'autant plus qu'elle a eu lieu dans les eaux internationales. Qu'Israël défende son territoire lorsqu'il est agressé, je le conçois, mais rien, dans ce qui vient de se passer, ne peut justifier une telle attitude. Boycottons tous les produits venant d'Israël !

Plus d'informations sur  http://www.rue89.com/2010/05/31/plusieurs-morts-apres-lattaque-par-israel-dun-bateau-humanitaire-152958
et le journal "Le Monde" : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/05/31/assaut-israelien-contre-la-flottille-en-route-vers-gaza_1365247_3218.html

dimanche 30 mai 2010

DURAN DURAN "JUST A PERFECT DAY" (A SONG BY LOU REED)

INVITATION AU THEATRE "LE SONGE D'UNE NUIT D'ETE" VENDR. 5 JUIN 20.30 H LARGENTIERE


 SONGE D'UNE NUIT D'ETE (de Marc Chagall)

Le grand soir est arrivé pour les 21 élèves de la promo 2009-2010 de l'Atelier-théâtre. Ils vous proposeront "Le songe d'une nuit d'été" d'après William Shakespeare, dans une adaptation pour le collège de Claude Burneau.

En 1ère partie "Helléou la vérité' de Claude Burneau.

Notez-bien le rendez-vous !

VENDREDI 4 JUIN - 20.30 H

Salle des Fêtes de LARGENTIERE (à côté du tribunal)

Entrée libre et gratuite - participation aux frais (libre) pour le buffet à l'entracte.

Venez nombreux !!!

lundi 17 mai 2010

"JUNEBUG" BY ROBERT FRANCIS (Emission "TARATATA" 2010)

CLOTILDE REISS EST ENFIN LIBRE !


Portrait de Clotilde Reiss publié dans Elle 

Clotilde Reiss est arrivée à Paris hier 16 mai 2010 après avoir passé plus de dix mois en Iran.La jeune femme de 24 ans, lectrice de français et chercheuse à l'université de Téhéran, avait été arrêtée en juillet 2009 pour avoir transmis par Internet des informations sur les manifestations anti-Ahmadinejad, et inculpée d'atteinte à la sécurité de l'Etat, autrement dit d'espionnage. Après son arrestation, elle avait été détenue dans une prison iranienne pendant  un mois et demi puis, après un soi-disant "procès", assignée à résidence à l'ambassade de France mais sa liberté et sa vie n'étaient pas assurées tant qu'elle n'avait pas regagné notre pays.   

On parle de tractations. Il y en a certainement eu. En ce qui me concerne, ce qui m'importe, c'est sa libération.

Je ne peux cependant m'empêcher de penser que ce régime corrompu, dangereux pour l'équilibre au Moyen-Orient, ne devrait pas être toléré par les grandes puissances démocratiques. Maintenant que notre ressortissante a été mise à l'abri, on doit traiter M. Ahmadinedjad comme il doit l'être : un fou mégalomane qui devrait être mis hors d'état de nuire et qu'en tout cas on doit cesser d'inviter à tous les sommets internationaux en le considérant comme un chef d'état respectable, ce qu'il n'est manifestement pas.

Je plains de tout mon coeur le peuple iranien qui a souffert et souffre encore des conditions médiévales que lui imposent ses dirigeants et je forme des voeux pour qu'ils retrouvent le plus vite possible la liberté et la démocratie.

dimanche 16 mai 2010

APPEL A MOBILISATION CONTRE L'EXPULSION DE YOUNES KACI

Je rentre d'un voyage à Paris avec les élèves du Collège et j'aurais voulu pouvoir vous en rendre compte car nous avons passé de très beaux moments. Malheureusement le soir précédent notre départ (nous partions pour Paris à 5 H du matin mercredi 12/05), avait lieu une très importante manifestation sur la place devant le collège, qui est tout proche de la sous-préfecture et je ne savais pas de quoi il s'agissait. Nous avons appris avec stupeur, mes collègues et moi, que lamanifestation avait pour but d'empêcher l'expulsion d'un élève du Lycée professionnel de Largentière, Younès Kaci, retenu avec sa mère, en centre de rétention à Lyon. J'ai déjà dit ici mon écoeurement devant ce que je considère comme des attaques graves contre la démocratie et les droits de l'homme. Mais, bien que je ne connaisse pas précisément la situation de ce garçon et de sa mère, le fait qu'il soit scolarisé à Largentière (même s'il ne s'agit pas de l'établissement où j'enseigne) me touche d'encore plus près. Je vous invite donc à prendre, comme je l'ai fait, connaissance de sa situation, signer la pétition (qui, aux dernières nouvelles, avait recueilli 1081 signatures) et manifester si vous le pouvez, en vous rendant sur le site de RESF (Réseau Education Sans Frontières) dont les informations sont, à ma connaissance, totalement fiables.


La pétition est en ligne ICI :   Je vous remercie par avance de rejoindre les rangs de tous ceux qui croient en la démocratie et aux valeurs républicaines afin qu'ils se mobilisent contre la politique inique du gouvernement actuel.

jeudi 6 mai 2010

LA PIANISTE ZHU XIAO-MEI DANS NONOBSTANT

J'étais en voiture, revenant de Largentière, lorsque j'ai été accroché par les paroles d'une personne parlant français avec un accent que je ne sus déterminer. Il s'agissait de l'émission  "Nonobstant"présentée sur France Inter par Yves Calvi, qui recevait aujourd'hui la pianiste d'origine chinoise Zhu Xiao-Mei, spécialiste de Bach. Ce fut, comme souvent, un échange magique entre un homme de culture,
respectueux de l'autre, et une personnalité que je ne connaissais pas jusque là. Zhu Xiao-Mei, a survécu au maoïsme et à la tristement célèbre "révolution culturelle'" grâce à son amour pour la musique et pour Bach en particulier. A 10 ans, elle entra à l'Ecole Nationale de Musique, puis au Conservatoire. Mais la folie maoïste l'envoie pour cinq ans en camp de rééducation en Mongolie. Une période terrible à laquelle elle survivra en recopiant sur des morceaux de papier cachés dans le "petit livre rouge" qu'elle était censée étudier les partitions que lui faisaient parvenir au péril de leur vie, d'autres musiciens. En 1979, dès que le régime communiste relâche un peu la chappe de plomb qu'il fait peser sur son peuple, elle s'enfuit aux Etats-Unis où son talent est rapidement reconnu. Elle arrive en France en 1985 et s'installe à Paris, quai de Conti. Elle enseigne au Conservatoire, donne des concerts à travers le monde. Elle commence aussi à enregistrer ses premiers disques : Scarlatti, Schumann, Schubert et surtout, Bach. Toujours perfectionniste, ses récitals au Théâtre de la Ville de Paris et au Théâtre Colon de Buenos Aires sont systématiquement salués par spécialistes et amateurs du genre.
Sa délicatesse, sa pudeur et sa grâce seront à l'honneur le 10 mai au Théâtre des Champs-Elysées.
L'entretien avec Yves Calvi était tellement prenant et émouvant que, bien qu'arrivé chez moi, j'ai continué à l'écouter jusqu'à la fin sur un parking de supermarché.
Plusieurs enregistrements de Bach illustraient l'entretien.
Nonobstant : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/nonobstant/

mercredi 5 mai 2010

CINEMA : DERNIERES CRITIQUES SUR ALLOCINE


Je vous signale mes 4 dernières critiques de films sur mon blog Ammociné : http://rock07.blogs.allocine.fr/

- "My boy Jack" de Brian Kirk avec Daniel Radcliffe (2007)


- "The island" de Michael Bay avec Ewan McGregor (2005)


- "Paycheck" de John Woo avec Ben Affleck et Uma Thurman (2003)


- "Green zone" de Paul Greengrass avec Matt Damon (2010)

Le premier est un drame historique retraçant l'engagement et la mort pendant la 1ère guerre mondiale du fils unique de Rudyard Kipling, John, surnommé "Jack" (joué par Daniel Radcliffe), les deux suivants sont des films de science fiction qui posent, l'un, le problème de l'éthique du clonage humain et de ses possibles dérives, l'autre est un thriller futuriste sur la manipulation temporelle. "Green zone", qui vient de sortir, dénonce la manipulation par le gouvernement Bush qui a consisté à déclencher la guerre en Irak sur l' accusation erronnée de soi-disant armes de destructions massives cachées par le régime de Saddham Hussein. Tous les quatre sont intéressants mais "My boy Jack" est un film superbe, particulièrement émouvant.

dimanche 2 mai 2010

PAROLES DE "BROKEN" PAR LE GROUPE LIFEHOUSE

"Broken"


The broken clock is a comfort, it helps me sleep tonight

Maybe it can stop tomorrow from stealing all my time

I am here still waiting though i still have my doubts

I am damaged at best, like you've already figured out

I'm falling apart, I'm barely breathing

With a broken heart that's still beating

In the pain, there is healing

In your name I find meaning

So I'm holdin' on, I'm holdin' on, I'm holdin' on

I'm barely holdin' on to you


The broken locks were a warning you got inside my head

I tried my best to be guarded, I'm an open book instead

I still see your reflection inside of my eyes

That are looking for a purpose, they're still looking for life


I'm falling apart, I'm barely breathing

with a broken heart that's still beating

In the pain (in the pain), is there healing

In your name (in your name) I find meaning

So I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin')

I'm barely holdin' on to you


I'm hangin' on another day

Just to see what you throw my way

And I'm hanging on to the words you say

You said that I will be OK


The broken lights on the freeway left me here alone

I may have lost my way now, haven't forgotten my way home


I'm falling apart, I'm barely breathing

with a broken heart that's still beating

In the pain(In the pain) there is healing

In your name I find meaning

So I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin'),

I'm barely holdin' on to you


I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin'), I'm holdin' on (I'm still holdin'),

I'm barely holdin' on to you

[Thanks to Mike Lacine (melacine@gmail.com) for these lyrics]

[Thanks to edinmiranda@hotmail.com, Tera Arden for correcting these lyrics]


[ LIFEHOUSE LYRICS at http://www.azlyrics.com/ ]

Sur le groupe Lifehouse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lifehouse_(groupe)

Lifehouse - Broken



Tu es bien sur le blog personnel de Roland. Je te souhaite la bienvenue.You are on the Roland Comte's personal blog. You're welcome !Estas en el blogo personal de Roland. Te deseo una buena visita !

samedi 1 mai 2010

CARLOS RUIS ZAFON : "LA SOMBRA DEL VIENTO" (L'OMBRE DU VENT)


J'ai découvert cet auteur et ce roman grâce à mon amie Fabienne, professeur d'espagnol au collège où j'enseigne. Je n'avais jamais entendu parler avant ni de l'auteur, ni du roman. Je l'ai lu en espagnol qui est, en quelque sorte, ma 2ème langue de coeur.

Carlos Ruiz Zafon est catalan et l'action du roman se passe à Barcelone dans les années 50, peu près la terrible période de la guerre civile espagnole qui a si durement marqué la ville. Un libraire amoureux des livres amène son fils Daniel, le héros du roman, dans un lieu secret de Barcelone, le "Cimetière des livres oubliés", gardé par l'un de ses vieux amis, et lui fait choisir un livre, qui deviendra "son" livre". Le livre en question "La sombra del viento" (l'ombre du vent) a été écrit par un auteur méconnu dont toutes les oeuvres ont mystérieusement disparu. Daniel lit ce livre et il en devient, en quelque sorte, le "prisonnier" consentant. A partir de là, il n'a qu'une idée en tête, c'est retrouver l'auteur de ce roman, le mystérieux Julian Carax, auquel il s'identifie. Mais sa quête n'est pas sans danger car ce roman est bien plus qu'un roman, et il recouvre une histoire  d'amour et de mort . C'est un livre à clés, qui rappelle, par certains côtés, "Le nom de la rose". Dès qu'on a ouvert ce livre, on en devient, comme son héros, captif. Le livre est donc "captivant", au sens propre du terme mais il est beaucoup plus qu'un thriller ou un policier car son auteur, Carlos Luis Zafon est un grand écrivain. Sa prose, émaillée de termes propres au catalan de Barcelone, est d'une incroyable richesse et on se prend, en la lisant, à imaginer une "Barcelone-miroir", qui serait le double ou le reflet de la Barcelone "normale" que l'on croit connaître, une face sombre de la Barcelone lumineuse, en quelque sorte. Ce livre m'a fait aussi penser à l'extraordinaire "Neverwhere", de Neil Gaiman, dont j'ai parlé ici, qui évoque une Londres souterraine, décalée dans le temps et l'espace, dont le héros devient, lui aussi, le prisonnier consentant.   

Voici un extrait de ce livre qui vous donnera, je le pense, envie de le lire :
"En una ocasión oí comentar a un cliente habitual en la librería de mi padre que pocas cosas marcan tanto a un lector como el primer libro que realmente se abre camino hasta su corazón. Aquellas primeras imágenes, el eco de esas palabras que creemos haber dejado atrás, nos acompañan toda la vida y esconden un palacio en nuestra memoria al que, tarde o temprano —no importa cuántos libros leamos, cuántos mundos descubramos, cuánto aprendamos u olvidemos—, vamos a regresar. Para mí, esas páginas embrujadas siempre serán las que encontré entre los pasillos del Cementerio de los Libros Olvidados."

"Une fois, j'ai entendu un habitué de la librairie de mon père dire que peu de choses marquent autant un lecteur que le premier livre qui s'ouvre réellement un chemin jusqu'à son coeur. Ces premières images, l'écho de ces mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute la vie et cachent un palais dans nos mémoires, dans lequel tôt ou tard -peu importe le nombre de livres que nous lisons, le nombre de mondes que nous découvrons, ce que nous apprenons et ce que nous oublions-, nous reviendrons. Pour moi, ces pages ensorcelées seront toujours celles que j'ai trouvé dans les allées du Cimetière des livres oubliés"

En tant qu'ancien libraire, et toujours amoureux des livres et de la (bonne) littérature, cette phrase ne me laisse pas indifférent. Les livres qui marquent le lecteur en ouvrant "un chemin jusqu'à son coeur", sont, en effet, suffisamment rares pour qu'on ait envie d'en parler. Je ne peux donc que vous conseiller, si vous ne le connaissez pas encore, de lire ce roman de Carlos Luis Zafon.

Site officiel en espagnol : http://www.lasombradelviento.net/
Sur Wikipedia (en français) : http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Ombre_du_vent
Sur l'auteur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlos_Ruiz_Zaf%C3%B3n

AUJOURD'HUI, 1ER MAI : FÊTE DU TRAVAIL


Aujourd'hui, 1er Mai, Fête du Travail. Par son sigle, Google nous le rappelle. En cliquant dessus, vous êtes renvoyés sur l'article de Wikipédia qui nous rafraîchit la mémoire. La Fête du Travail a été instaurée dans le monde entier suite à la manifestation syndicale pour la journée de 8 H qui eut lieu le 1er mai 1886. Elle rassembla 200.000 personnes aux Etats-Unis. Quelques jours après, la manifestation d'ouvriers de l'usine McCormick à Chicago fit des morts parmi les policiers et les manifestants. Cinq syndicalistes furent condamnés à mort l'année suivante. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, August Spies :

« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui »

Aujourd'hui, plus que jamais, rappelons le souvenir de ces personnes qui ont lutté pour des droits qui sont mis à mal chaque jour par les puissances d'argent.